16 mai 2020, 10:30

IRON MAIDEN

• Discographie des membres : Adrian Smith


Vous connaissez tous la carrière d’IRON MAIDEN, une centaine de millions d’albums vendus répartis entre seize disques parus depuis 1980 jusqu’à 2015 mais saviez-vous qu’il y a, concernant ses membres, une vie musicale parallèle avant et même pendant pour certains ? Si tel n’est pas le cas, laissez-moi vous présenter la carrière actuelle ou passée de chacun des membres actuels et anciens en dehors du groupe. Et cette semaine, c’est au tour du “Prodigal Son”, Adrian Smith.

Adrian Frederick Smith, "H" de son surnom ou "Melvin" pour son alter-ego alcoolisé (comme évoqué dans les biographies du groupe) est né le 27 février 1957 et a rejoint les rangs d’IRON MAIDEN à la fin de l’année 1980 en remplacement du guitariste Dennis Stratton. C’est cependant au début des années 70 qu’il croise le chemin d’un certain David Michael Murray qui se débrouille plutôt bien à la guitare, ce qui donne à Adrian l’envie de s’y mettre sérieusement. Motivé, il fonde un an plus tard URCHIN (qui s’appelait EVIL WAYS à ses tout débuts) à l’âge de 16 ans et recrute ce même David qui restera peu de temps dans le groupe. En 1976, URCHIN signe un contrat et enregistre un premier single en 1977. Mais au moment d’entrer au studio en 1978 pour graver "She’s A Roller", le guitariste Maurice Coyne quitte le groupe et est remplacé par "Dave" Murray, le vieux copain d’Adrian qui vient de se faire virer... d’IRON MAIDEN, suite à un imbroglio interne entre Steve Harris et le chanteur d’alors, Dennis Wilcock. Ce qui fait donc aujourd’hui du single "She’s A Roller" un objet de collection prisé, ce 45 tours n’ayant été pressé qu'à peu d’exemplaires. A titre de découverte, vous pouvez écouter ci-dessous la chanson "Life In The City" que les fans de MAIDEN reconnaîtront dans l’instant, sa trame musicale ayant servi au morceau parodique "Sheriff Of Huddersfield", qui moque le manager de MAIDEN Rod Smallwood, et que l’on retrouvait en 1986 en face B du single "Wasted Years".


Il est bon de savoir que deux très belles rééditions sous forme de compilations sont parues sur le label HR Records début 2010 et qu’elles permettent aux amateurs de pouvoir acquérir les titres d’URCHIN en vinyle (ou en CD d’ailleurs), dans des versions annotées, illustrées et détaillées et surtout, à un prix défiant toute concurrence par rapport aux enregistrements originaux. Un must-have comme on dit.
 


Wilcock a son tour viré de MAIDEN, Steve rappelle Dave Murray, dont il n’a jamais vraiment souhaité l’éviction, et celui-ci ne quittera ensuite plus jamais les rangs du groupe. A cette même époque, Adrian se voit également proposer de rejoindre IRON MAIDEN et, bien que tenté par le fait de jouer avec son grand copain, il mise sur son propre groupe URCHIN et décline la proposition. Malheureusement pour lui, ce choix s’avère infructueux car la carrière du groupe ne décolle pas, se contentant tout juste d’un succès d’estime dans les clubs locaux et de quelques singles épars sans la sortie d’album proprement dit. En 1980, il participe brièvement à l’aventure BROADWAY BRATS en compagnie d’Andy Barnett, un membre d’URCHIN et futur A.S.A.P..

Lors du renvoi de Stratton à la fin de l’année 1980, il est à nouveau contacté par Harris et, au vu du succès de « The Soundhouse Tapes » et du premier album éponyme, il accepte (enfin !) bien volontiers le poste qu’il occupera jusqu’en 1989 et qui verra le guitariste signer quelques-uns des plus grands classiques du groupe, à l’instar de "2 Minutes To Midnight" ou "Wasted Years", pour n’en citer que deux.

S’ensuivent donc huit années fructueuses pour les deux parties avant qu’Adrian, lassé de tout pour faire court, ne quitte le groupe et parte fonder A.S.A.P. (pour Adrian Smith And Project) avec d’anciens membres d’URCHIN notamment, ce qui aboutit à la sortie d’un seul et unique album éponyme en 1989. Prenant le contre-pied total de son précédent groupe, A.S.A.P. propose un hard FM qui va peiner à trouver son public et disparaître aussi vite qu’il est arrivé, bien que soutenu par son ancienne maison de disques, EMI, et managé par la paire Rod Smallwood/Andy Taylor, la même qu’IRON MAIDEN. On trouve pourtant sur ce disque quelques pépites telles "Silver And Gold", "Down The Wire" ou "You Could Be A King" (qu’on croirait taillée pour la série Alerte à Malibu) et qui valent aussi pour le fait que ce soit Smith qui se charge de toutes les parties vocales. Il est vrai qu’on l’avait déjà entendu au sein d’URCHIN ou sur les chœurs de quelques titres de MAIDEN (et en lead sur "Reach Out" en 1986) et son timbre légèrement rauque sied parfaitement aux compositions du disque.
 


 

 


Après un long break musical, entrecoupé simplement par sa participation sur scène en 1992 en tant qu’invité pour "Running Free" lors du passage d’IRON MAIDEN au festival Monsters Of Rock en Angleterre (voir la vidéo plus bas), Adrian retrouve le chemin des studios avec un groupe qu’il baptise THE UNTOUCHABLES (soit "Les Incorruptibles").
Nous vous proposons la chanson "City Of Dreams", enregistré en 1993 (le batteur Bob Richards précise qu’un album complet a été mis en boîte sous forme de démos et on trouve facilement quelques titres joués live sur le Net) et qui deviendra en 1996 PSYCHO MOTEL, un "vrai" groupe cette fois-ci dans lequel Adrian ne s’occupe que des guitares et qui sortira deux albums, « State Of Mind » et « Welcome To The World ».
Un deuxième disque auquel participe son ancien complice Dave Murray pour un solo (excellent et inhabituel pour le style normalement pratiqué par l’intéressé chez MAIDEN) sur le titre "With You Again". Pour l’anecdote, PSYCHO MOTEL jouera en compagnie d’IRON MAIDEN lors du « X Factour » en 1996.
 

  
 

 
 

 


Entre-temps, Bruce Dickinson s’est cherché, s’est perdu et a semblé vouloir retrouver ses marques avec un heavy metal qui lui manque. Il fait pour cela appel à Adrian afin de l’accompagner en studio pour enregistrer « Accident Of Birth » en 1997, puis « The Chemical Wedding » un an plus tard, partant ensemble en tournée (un témoignage gravé sur l’album « Scream For Me Brazil »), Adrian laissant de ce fait PSYCHO MOTEL de côté. Tel une pièce de Shakespeare, coup de théâtre lorsque Dickinson rencontre Steve Harris afin de valider son retour au sein de MAIDEN et pour lequel il exige qu’Adrian soit réintégré lui aussi, condition sine qua non pour qu’il signe le contrat. Banco pour toutes les parties car IRON MAIDEN n’aura jamais été aussi grand depuis 1999 et bien plus encore que lors des "golden years" de 1980 à 1988.
 

  
 


Dès lors fortement occupé à nouveau, il trouve tout de même le temps en 2012 de sortir un album du projet studio PRIMAL ROCK REBELLION en compagnie du chanteur de SIKTH, Mikee Goodman. « Awoken Broken », tel est son nom, déroute totalement à sa première écoute car on ne retrouve que peu la patte et les sonorités habituelles de Smith, ce disque étant une compilation de démos enregistrées sur plusieurs années, un recueil de tout ce qui ne colle pas avec MAIDEN mais qui forme un tout cohérent sur ce disque. Brutal, viscéral, énervé, avec un chant enragé, possédé parfois, c'est un disque qui ne se laisse apprivoiser qu’après plusieurs écoutes et pour lequel nous vous proposons ici "No Friendly Neighbour". Sur cet album, Adrian enregistre lui-même toutes les parties de guitare, basse, claviers, chœurs et programme les lignes de batterie. Seul rescapé de ces nombreuses sessions, l’étonnant et spatial morceau "Satellite 15", qui sert d’intro sur l’album d’IRON MAIDEN « The Final Frontier ».
 


 


Bien que très occupé entre IRON MAIDEN, des journées de pêche à la carpe dont il est un spécialiste et pour laquelle il lui arrive de faire la une des magazines spécialisés lorsqu’il remporte des concours, et d’autres à jouer au tennis (ou à en regarder, comme en 2014 alors qu’il est repéré à Roland-Garros en compagnie du batteur de MAIDEN, Nicko McBrain, par les caméras de France 2), Adrian a toujours pu s’évader du giron de Steve Harris et l’on peut citer pour finir des participations éparses en compagnie de différentes formations dont vous trouverez chaque morceau ci-dessous.

EARTHSHAKER : "Dark Angel (Animals)" (1983)
 

 
 


HEAR 'N AID sur "Stars" (1985), titre caritatif initié par Ronnie James Dio en faveur des peuples africains souffrant de la famine et auquel participent les plus grands d’alors, de Geoff Tate (ex-QUEENSRŸCHE) à Rob Halford (JUDAS PRIEST) ou bien Vivian Campbell (DEF LEPPARD) à Yngwie J. Malmsteen aux guitares. La listes des artistes est visible sur la pochette du disque ci-dessous.
 


 


IRON MAIDEN : "Running Free (Live 1992)"
 

 
 


Michael Kiske : "New Horizons" (1996) sur lequel Adrian partage les soli avec Kai Hansen, un ex-HELLOWEEN à l'époque, tout comme Kiske. On retrouve Smith sur deux autres chansons de l’album, "The Calling" et "Hunted".
 


 


« HUMANARY STEW - A Tribute To Alice Cooper » : "Black Widow" (1998), compilation hommage et chanson à laquelle participe également Bruce Dickinson dont le côté théâtral dans lequel il excelle donne tout son charme à cette reprise.
 


 


BUCKET & CO. "Reach Out" (2010), projet de son ancien partenaire de jeu Dave Colwell avec qui Adrian a joué au sein de A.S.A.P. (et son pendant fun THE ENTIRE POPULATION OF HACKNEY dont il existe quelques traces live sur internet, à vous de jouer). Ici, Adrian reprend le micro pour une nouvelle version de ce morceau que l’on trouvait, comme dit plus haut, en face B du single d’IRON MAIDEN, "Wasted Years". Sur ce disque, Adrian s’illustre également sur le titre "Make Up Your Mind".

 
 


​Kym Mazelle : "My Shoes" (2010) sur l’album « Destiny » où Adrian s’occupe de la guitare, de la basse, des chœurs et un titre qu’il a également écrit et produit. Un peu surprenant mais bon, s’il s’est fait plaisir...
 

 
 


 

ROYAL PHILHARMONIC ORCHESTRA : "Red Barchetta" (2012) et Adrian pose ici ses parties de guitare sur une reprise de RUSH (qui se trouve initialement sur l'album « Moving Pictures » paru en 1981) et que l’on retrouve donc sur « Plays Prog Rock Classics », un disque enregistré dans les studios d’Abbey Road (où MAIDEN a joué live en 2007).
 

 
 


CELTIC PRIDE : "The Patriot" (2012) de l’album « Light Up The Sky ». Adrian se charge du solo sur ce morceau de pur rock. Et ce n’est pas du Kym Mazelle, ça c’est sûr...


 


La discographie de Bruce Dickinson / Steve Harris

Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK