9 mai 2020, 10:30

IRON MAIDEN

• Discographie des membres : Steve Harris


Vous connaissez tous la carrière d’IRON MAIDEN, une centaine de millions d’albums vendus répartis entre seize disques parus depuis 1980 jusqu’à 2015, mais saviez-vous qu’il y a, concernant ses membres, une vie musicale parallèle avant et même pendant pour certains ? Si tel n’est pas le cas, laissez-moi vous présenter la carrière actuelle ou passée de chacun des membres actuels et anciens en dehors du groupe. Et cette semaine, c’est au tour du “patron”, Steve Harris.

Le bassiste et leader d’IRON MAIDEN est parmi tous les membres passés et présents l’un de ceux qui ont la plus courte carrière discographique en dehors du groupe qu’il a fondé en 1976. Tout entier dévoué à la cause de son “bébé”, il n’a jamais pris le temps, que ce soit en termes d’envie ou de temps justement, de se consacrer à une carrière parallèle. Cependant, avant de créer le groupe culte dans lequel il jouera jusqu’au bout, Steve a joué en compagnie de petits groupes locaux au début des années 70. GYPSY’S KISS (ex-INFLUENCE) tout d’abord puis SMILER où il écrira des morceaux qui seront peaufinés par la suite et qui intégreront les albums de MAIDEN. Il aura pour partenaires de jeu dans cette deuxième et courte expérience le chanteur Dennis Wilcock et le batteur Doug Sampson, tous deux futurs membres d’IRON MAIDEN et qui, pour le deuxième, participera à l’enregistrement du cultissime 45 tours « The Soundhouse Tapes », édité à 5 000 exemplaires et qui reste, à ce jour, le “Saint Graal” des collectionneurs. Voilà pour resituer le contexte.

Père de six enfants dont certains se lanceront dans l’aventure musicale, tels Lauren l’aînée ou George qui est guitariste chez THE RAVEN AGE, et, dans un cercle plus large, Kerry, assistante sur les tournées de MAIDEN, il participe pour la première fois de sa carrière à un enregistrement extérieur, en l’occurrence sur celui de l’unique album de sa fille Lauren, « Calm Before The Storm », sorti en 2008. On le retrouve à la basse sur quatre morceaux dont "Steal Your Fire" et aux chœurs sur trois seulement. Et comme souvent, on fait les choses en famille (et pour l’anecdote), on notera la présence de Joe Lazarus à la batterie, cousin de Lauren et fils de Steve Lazarus, responsable du fan-club et ex-beau-frère de Steve, ainsi que Richie Faulkner aux guitares, alors petit ami de Lauren qui partira rejoindre JUDAS PRIEST en 2011 avec le succès que l’on sait.
 



​Dans les tuyaux depuis fort longtemps, le projet de sortir un album hors MAIDEN se concrétise en 2012 avec la parution de « British Lion » où Steve est accompagné par le chanteur Richard Taylor, les guitaristes David Hawkins (INNER SANCTUM) et Grahame Leslie, et le batteur Simon Dawson (DEVILMENT, ex-DEARLY BEHEADED). Un premier disque paru sous le nom du bassiste (ou dans la presse, Steve Harris’s BRITISH LION).
 


 


Dans plusieurs entretiens, le bassiste confirme qu’un album live était prêt à sortir mais celui a été repoussé sine die bien que l'on puisse patienter avec le deuxième album de la formation, « The Burning ». Cette fois, c’est le nom de groupe BRITISH LION que le disque sort, Steve souhaitant conforter le fait qu’il s’agit d’un vrai groupe et nom d’un projet porté par son seul nom. Le résultat est bien plus convaincant car les compositions sont récentes et l’œuvre d’un travail collectif. On attend donc désormais le troisième de pied ferme !


 


​La discographie de Bruce Dickinson

Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK