19 juin 2024, 17:53

REPLACIRE

"The Center That Cannot Hold"

Blogger : Clément
par Clément
Album : The Center That Cannot Hold

Originaire de Boston et signé sur le label Season Of Mist à l’occasion de la sortie de son second album « Do not Deviate » en 2017, REPLACIRE n'est pas du genre à faire dans la demi-mesure. Il n’y a qu’à constater comment il mène son entreprise de destruction à la baguette avec un certain brio, quelque part entre brutal death et gros power-thrash qui tâche. Et surtout un niveau technique de haute volée. Il faut dire que son géniteur Eric Alper – qui a donné son nom & prénom au groupe en écriture miroir – n’est pas un musicien né de la dernière pluie, c’est d’ailleurs un ancien du Berklee College Music basé à Boston. Les présentations faites, il est maintenant temps de voire ce que ce « The Center That Cannot Hold » a dans les tripes.

A peine le temps de s’installer qu’une plombée de riffs saccadés et une batterie en mode marteau-pilon n’explosent dès l’ouverture des hostilités avec un "Bloody-Tongued and Screaming" brûlant à souhait. Un joli méli-mélo de dissonances et de malice qui annonce une suite prometteuse. Pas de doute, le quintet du Massachussets est en forme et cela s'entend ! Ce dernier balance sans sourciller les rythmiques maousses costo avec une précision redoutable et la régularité d’un métronome ("The Helix Unravels", "Inglorious Impunity") alternant avec une approche plus "progressive" ("A Fine Manipulation", "Drag Yourself Around The Earth").

Point d’orgue de ce disque, le monstrueux "Transfixed On The Work" qui donnera son lot de sueurs froides à l’amateur de technique au service d’une brutalité chirurgicale : ça latte dur et dans tous les coins ! Avec une prédisposition pour le riffing mitraillette. A peine le temps de baisser la garde que le superbe "Uncontrolled and Unfulfilled", ne vienne finir le boulot avec un sens du détail et des atmosphères ciselées qui offrent sept dernières de minutes impressionantes. A la manière d’un certain TEXTURES dans ses meilleurs moments, REPLACIRE excelle ici dans cet exercice plus aérien qui permet de reprendre une dernière fois son souffle avant... d’appuyer à nouveau sur "play" !

Doté d'une production en béton armé signée par même Eric Alper, qui s’est ici offert les services de Jens Bogren (AMON AMARTH, DARK TRANQUILITY, ENSLAVED, IHSAHN et une bonne centaine d’autres) pour le mixage et le mastering, « The Center That Cannot Hold » frappe juste et fort. Un euphémisme lorsque l’on prend le temps de rentrer dans l’album après plusieurs écoutes successives qui laissent les esgourdes endolories. REPLACIRE ne tombe pas pour autant dans l'agression gratuite, il ravira à ce titre aussi bien les fans d'une version musclée des derniers THE FACELESS ou MESHUGGAH, que ceux et celles à la recherche d'un brutal death moderne et affûté. C'est carré, ça claque et ça dure quarante-trois minutes : pile-poil ce qu'il faut pour titiller les sens avec bonheur !

Blogger : Clément
Au sujet de l'auteur
Clément
Clément a connu sa révélation métallique lors d'un voyage de classe en Allemagne, quelque part en 1992, avec un magazine HARD FORCE dans une main et son walkman hurlant "Fear of the Dark" dans l'autre. Depuis, pas une journée ne se passe sans qu'une guitare plus ou moins saturée ne vienne réjouir ses esgourdes ! Etant par ailleurs peu doué pour la maîtrise d'un instrument, c'est vers l'écriture qu'il s'est tourné un peu plus tard en créant avec deux compères un premier fanzine, "Depths of Decadence" et ensuite en collaborant pendant une dizaine d'années à Decibels Storm, puis VS-Webzine. Depuis 2016, c'est sur HARD FORCE qu'il "sévit" où il brise les oreilles de la rédaction avec la rubrique "Labels et les Bêtes"... entre autres !
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK