5 juillet 2024, 18:05

NYKTOPHOBIA

"To The Stars"

Album : To The Stars

On ne va pas se mentir, il y a death mélodique et death mélodique. Avec NYKTOPHOBIA, ce style s’élève à un rang supérieur et « To The Stars », quatrième album des Allemands, revêt une espèce de perfection musicale et esthétique. Tout est ici soigné, que ce soit les visuels de la pochette, les mélodies, les atmosphères ou les lignes de chant, on est immédiatement saisi par un son énorme guidé par les fameux Fascination Street Studios (AMORPHIS, AMON AMARTH, DARK TRANQUILLITY...).
Des toutes premières notes de piano de l’intro instrumentale "The Gateway", on sait que les émotions et la nostalgie courront jusqu’à "Voyager 1", hyper atmosphérique avec ses sons synthétiques astraux. Ses blasts et la brutalité des vocaux death/black viendront contrebalancer des mélodies qui finiront de nous submerger de mélancolie.

Mais nous n’en sommes pas là, revenons-en au début de « To The Stars », pour s’en délecter en détails, avec le titre éponyme qui frappe fort de son riff entêtant et de son death atmosphérique, très black tout de même, qui donnent la chair de poule tellement c’est un titre prenant. Percutant et captivant à la fois, une vraie réussite. Le plus death et épique "Farewell" présente un chant riche et maîtrisé là où le plus heavy blackened death "Charon Gate" combine rapidité d’exécution et passages suspendus. Du grand art !

Le plus typé death scandinave "The Fall Of Eden" fait la part belle à de beaux riffs et des growls caverneux mélangés à des vocaux high-pitched plein de sentiments contradictoires. C’est un des titres phares de l’album. La longue intro au piano onirique entouré de chants d’oiseaux de "Progenitor" ouvre ensuite sur des rythmes blastés et un chant hurlé brutal mais nuancé, comme le reste de cette chanson efficace. Arrive ensuite le balancé mais néanmoins acéré "Behind The Stars Exists No Light" qui enchaîne des paroles scandées rapides et des riffs brutaux.

Le single "Millenium" fait preuve d’une grande maturité et montre que NYKTOPHOBIA a développé un charisme imposant en même pas dix ans d’existence. Les mélodies sont impeccables, les vocaux sont magistraux, les atmosphères sont enrobantes, pour un ensemble fédérateur mais élégant et typé. Electrisant !

Si vous aimez le death mélodique, si vous aimez le black atmosphérique, si vous aimez les riffs agressifs et les lignes de chant hargneuses, mais si vous aimez par-dessus tout le metal extrême et plein de feeling, il est fort à parier que vous serez enchantés par ce NYKTOPHOBIA qui vous fera tutoyer les étoiles.

Blogger : Aude Paquot
Au sujet de l'auteur
Aude Paquot
Aude Paquot est une fervente adepte du metal depuis le début des années 90, lorsqu'elle était encore... très jeune. Tout a commencé avec BON JOVI, SKID ROW, PEARL JAM ou encore DEF LEPPARD, groupes largement plébiscités par ses amis de l'époque. La découverte s'est rapidement faite passion et ses goûts se sont diversifiés grâce à la presse écrite et déjà HARD FORCE, magazine auquel elle s'abonne afin de ne manquer aucune nouvelle fraîche. SLAYER, METALLICA, GUNS 'N' ROSES, SEPULTURA deviendront alors sa bande son quotidienne, à demeure dans le walkman et imprimés sur le sac d'école. Les concerts s'enchaînent puis les festivals, ses goûts évoluent et c'est sur le metal plus extrême, que se porte son dévolu vers les années 2000 pendant lesquelles elle décide de publier son propre fanzine devenu ensuite The Summoning Webzine. Intégrée à l'équipe d'HARD FORCE en 2017, elle continue donc de soutenir avec plaisir, force et fierté la scène metal en tout genre.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK