18 novembre 2014, 19:52

MOTÖRHEAD + SKEW SISKIN + THE DAMNED @ Paris (Le Zénith)

Une chose est sûre, tout le monde est présent pour la messe annuelle parisienne de Lemmy and Co. Le Zénith est quasi complet. L’état de santé de Lemmy a inquiété la planète metal avec l’annulation de la tournée précédente mais finalement le rock’n'roll est plus fort que tout et semble être la thérapie de Mr Killmister… MOTÖRHEAD jouera bien ce soir ! C’est la première fois que je les vois en live, l’impatience me gagne en cette froide soirée d’automne !

SKEW SISKIN, groupe de hard rock allemand mené par la frontwoman Nina C Alice, ouvre les festivités. Lemmy a toujours eu un petit faible pour ce groupe et lui a souvent filé un coup de pouce artistique en l'embarquant en tournée avec lui. Une bonne entrée en la matière dans un Zénith qui se remplit progressivement. THE DAMNED, les punk rockers anglais qui ont un peu lorgné vers la new wave, sont les invités spéciaux de Lemmy. Le groupe distille du greatest hits. Le public présent est ravi. Du revival eighties à fond !


Changement de set, back drop à l’image de l'album « Aftershock ». Le groupe est acclamé, Lemmy avec un flegme à l’anglaise salue poliment son public en français et 105 dB retentissent dans le salle parisienne. « Shoot You In The Back » est enchainé à « Damage Case ». Lemmy semble heureux d’être là, statique, les cervicales légèrement inclinées vers le haut en raison de la position caractéristique de son pied de micro. Les lights sont superbes. Le show est plus que rodé ! Phil Campbell arpente la scène de long en large sans en faire trop et va de temps en temps saluer son boss. Mikkey Dee frappe sur ses fûts comme un damné !
Grosse ovation au troisième titre « Stay Clean », une chanson que je dédie à tou(te)s mes patient(e)s. Aucun temps mort, « Metropolis » fait suite. Phil Campbell s'adresse au public, Lemmy relance les choses comme un sketch des Monty Python en dédicaçant la chanson suivante au public et à lui par la même occasion : « Over The Top ». C’est vrai, Lemmy est en forme, amaigri certes mais à presque 70 ans, je défie quiconque après toutes ces années de tournées et d’excès de substances stimulantes et d’alcool, d’être debout et bien vivant ! J’en avais d’ailleurs déjà parlé dans cet article.


Premier break de la soirée avec un solo de guitare rempli de wah wah et de reverb sur fond de synthé. Lemmy is back for the attack et le groupe part sur « Suicide » puis sur un titre du sous-estimé « Another Perfect Day » (1983) intitulé « Rock It ».
Le public est par moment immobile et semble écouter sagement la messe rock’n'roll. Changement de backdrop avec logo du groupe sur fond noir, le show hyper carré  se poursuit avec « Chase Is Better Than The Catch », 2 extraits du dernier album « Do You Believe » et « Lost Woman Blues ». Avec « Dr Rock », le public s’excite puis c’est au tour de Mikkey Dee d’y aller de son solo au son énormissime au milieu du morceau. C’est un fucking batteur et ce break tribal, avec changements de lights, est fabuleux. Mikkey est acclamé et le morceau repart.
Phil Campbell a amené une belle collection de guitares avec lui et enfile une flying V blanche pour « Just 'Cos You Got The Power ». Lemmy est bien présent et enchaîne « Going To Brazil », « No Class ». Sur le hit « Ace Of Spades », le public est en furie.
Nouveau  backdrop avec l’icône MOTÖRHEAD avec le mot "France" en lieu et place d’ "England". Le rappel n’est constitué que du titre « Overkill » qui déménage. Great Fuckin’Crowd. Final avec présentation des musiciens et ovation. Immense respect à cet icône du rock qu’est Lemmy. 1h15 de show ! Un groupe à fond !
Lemmy, tu as raison : Tu es MOTÖRHEAD, tu joues du rock’n'roll et… Tu n’es pas un mort vivant ! Une belle première fois pour moi, next time au Hellfest...

Photos par Christophe Claude - voir le portfolio.

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications

1 commentaire

User : smart1
smart1
le 30 nov. 2014 à 20:55
salut à tous,<br />
pour ma part et malgré mon grand age, c'était aussi la première fois que je voyais le grand Lemmy et son band sur scene pourtant mon éducation Hard et Heavy a été faite à coups de Bomber, ace of spades, Overkill et autres no sleep 'til hammersmith.........bref, je ne pouvais pas le louper à nouveau.<br />
l'ouverture SKEW SISKIN bah !!!!.....que dire ? ceux qui jouent en groupe connaissent l'expression : FFPP soit fort, faux et pas en place......vraiment pas de quoi se relever la nuit.<br />
The Damned : cool, retour à l'époque des clash et des Pistols et du Londres de 77......, vraiment une bonne surprise....peut-être un peu long vu l'impatience de voir Lemmy........bon point : on a échappé au captain sensible et son tube.<br />
bon bah après........que du bon, que du rock, que de la légende.On sent que Lemmy a le pied sur le frein et l'oeil sur son pacemaker mais c'était vraiment un bon show, 1h15 c'est court meis c'était intense avec des incontournables comme ace of spades, overkill ou damage case......la prochaine fois j'y retoure
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK