27 novembre 2018, 11:22

K. K. Downing

• Vente aux enchères de biens personnels


Les temps sont durs et la rancune éventuellement tenace du côté de Kenneth "K. K." Downing. En effet, le guitariste met en vente des guitares, amplis ou vêtements de l’époque JUDAS PRIEST, groupe qu’il a "fondé" (il a repris le nom d’un groupe qui venait de cesser son activité et pour lequel il avait auditionné un an avant sans succès), et pour lequel il officia à la six-cordes de 1969 à 2011 avant d’être remplacé par Richie Faulkner.

Après le relatif échec des parfums Metal For Men et Metal For Women qu’il a commercialisé en 2016, et la banqueroute subie après que son projet de resort de luxe avec golf ait été mis en liquidation, K. K. Downing avait maladroitement tenté de regagner sa place au sein de JUDAS PRIEST quand l’annonce de la maladie de Parkinson que Glenn Tipton a contracté l’avait forcé à cesser toute activité musicale. En vain, le reste du groupe n’a rien voulu savoir et K. K. s’est alors de nouveau répandu en termes peu élogieux dans la presse.
Est-ce pour ces raisons conjugués (ou d’autres) que le guitariste revendra une partie de son matériel le mois prochain ? Si vous souhaitez jeter un œil et éventuellement participer à cette vente aux enchères, il vous suffit de vous rendre sur la page dédiée du site Bonhams qui recense tous les lots proposés.

Entre autres (voir photos), une Gibson Flying V de 1967, un pédalier d’effets guitare qu’il utilisait entre la fin des années 70 et le début des années 80, ou côté fripes, un blouson satiné de la tournée de 1982, "Vengeance Tour" siglé K. K. sur le devant et un sweat-shirt de la partie canadienne de cette même tournée.

Vous pouvez par ailleurs vous procurer l’autobiographie de Downing, Heavy Duty: Days And Nights In Judas Priest parue en septembre et co-écrite avec le journaliste Mark Eglinton, qui a travaillé précédemment sur celles de Rex Brown (ex-PANTERA) et Nergal (BEHEMOTH).
 


 


 


 

Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK