14 février 2021, 17:20

KORPIKLAANI

• "Jylhä"

Album : Jylhä

Le clan de la nature est de retour pour nous offrir son onzième album studio et nous présenter son nouveau batteur en la personne de Simuli Mikonnen depuis 2019. Ce sang neuf aura été de bon augure car il aura été le principal architecte de ces nouvelles chansons en travaillant avec enthousiasme sur les démos. Selon le chanteur et guitariste Jonne Järvelä, son apport a été phénoménal et on ne peut que s'en féliciter à n'en pas douter à l'écoute de ces 13 chansons joyeuses et dansantes dans la plus pure tradition folk metal. Cette réussite, nous la devons peut-être aussi à la crise sanitaire (tout n'est pas noir) qui a permis au groupe de prendre le temps de méticuleusement peaufiner chaque titre. C'est ce qui est facilement perceptible quand on écoute les parties d'accordéon de Sami Perttula et de violon de Tuomas Rounakari qui, associées au chant en finlandais de Järvelä, forment une ossature folklorique parfaitement équilibrée avec celle du trio heavy metal composé du nouveau batteur, du guitariste Kalle "Cane" Savijärvi et du bassiste Jarkko Aaltonen.

Leurs textes inspirés par la  culture des peuples nomades du nord de la Scandinavie et leur musique qui marie à la perfection des mélodies folk inspirées par la contagiosité d'anciennes chansons folkloriques nordiques et le heavy metal font de KORPIKLAANI un des leaders les plus créatifs du genre. Sans traduction directe, c'est ce que l'on ressent à travers « Jylhä », quelque chose de majestueux, sauvage et rude dans le sens positif du terme.

C'est en octobre 2020 que le teasing commence avec un premier clip. La chanson "Leväluhta" est une subtile rencontre du folklore slave et du reggae. Les paroles évoquent l'histoire d'une source près de laquelle ont été retrouvés les restes d'une centaine de corps de l'âge de pierre. En novembre, c'est au tour de "Mylly" d'être révélée. Nous y découvrons un duo violon/accordéon qui propose une mélodie mélancolique et mid-tempo sur laquelle Jonne raconte l'histoire d'un homme qui emmène ses derniers grain au moulin, mais résistera-t-il à la tentation de les céder à ce mystérieux personnage qui cherche à lui subtiliser en jouant sur ses faiblesses ? Réponse dans le clip. Pour le plus étrange Noël de ce siècle, c'est "Sanaton maa" qui sort. Ce titre sonne comme un classique hair-metal des 80's avec son mid-tempo et un refrain accrocheur. Le clip raconte l'histoire d'un jeune garçon attiré par les eaux mystérieuses d'un lac. Pour fêter cette nouvelle année que tout le monde espère comme celle du retour à une vie normale, c'est l'un des premiers titres qui a été écrit par le groupe qui est publié. "Niemi" mélange de fort belle manière le speed metal et la musique folklorique finlandaise et délivre une énergie superbement retranscrite dans le clip dans lequel on peut voir le groupe exécuter la chanson dans une enceinte éclairée par des feux comme si nous assistions à un rituel. Peut-être, celui qui coûta la vie à ces trois jeunes campeurs sur les bords du lac Bodom en 1960. Puis, c'est au tour du mélancolique "Tuuleton" de sortir le jour même de la parution officielle de « Jylhä ». La chanson commence sur un chant accompagné à la guitare acoustique et à l'accordéon dont le clip raconte l'histoire d'un homme au crépuscule de sa vie. L'album commence par le puissant "Verikoira" basé sur une grosse rhytmique heavy inspirée par le classique « Painkiller » de JUDAS PRIEST. On notera aussi la contribution de Jack Gibson, bassiste d'EXODUS, qui vient poser quelques parties de banjo sur le titre "Pidot". Instrument qu'il pratique avec son groupe de country COFFIN HUNTER.

Dans l'univers folk metal à l'ère du confinement « Jylhä » délivre une énergie positive qui sonne comme un hymne de résilience et de résistance à l'étouffement de la culture.
En conclusion, « Jylhä » est un subtile mélange de musique traditionnelle finlandaise et de heavy metal qui ravira probablement les inconditionnels du genre, mais aussi les métalleux qui papillonnent d'un style de metal à un autre, à la recherche de sonorités susceptibles d'attirer leur attention.

Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK