18 janvier 2014, 8:39

NASHVILLE PUSSY : "Up The Dosage"

Album : Up The Dosage

Un gars et une fille ont un groupe de Southern Rock mixé à du Hard Rock, c'est un peu Blaine Cartwright (guitare, chant) et la sexy Ruyter Suys (guitares) dans NASHVILLE PUSSY. Originaires d'Atlanta en Georgie, la vie de couple avec ses joies, ses peines, sa routine, les 2 mariés ont décidé de la vivre entre les studios et la route depuis plusieurs années maintenant. Il s'agit certainement d'un moteur émotionnel et libidineux efficace pour eux. Bref, n'entrons pas dans l'analyse psychothérapeutique de ce couple...

Avec « Up The Dosage », les Pussies de Nashville pondent une galette à posologie efficace. Le groupe a cette faculté de prévention de l'overdose. Tout est extrêmement bien dosé, questions homogénéité et puissance des titres, tout au long de l'écoute des 13 chansons de l'album. La production est contemporaine. Tout le monde a l'air de s'éclater ! Bonnie Buitrago est la nouvelle bassiste du groupe, Karen Cuda ayant quitté les Pussies en 2012. Eddie Spaghetti, le bassiste de THE SUPERSUCKERS, pote de Blayne depuis 2009, a participé à l'écriture de 3 titres et aux arrangements de l'ensemble des chansons. Les thèmes abordés sont assez basiques et plutôt festifs : l'alcool, la cocaïne, le sexe, les drogues, la vie de musicien, la vie quotidienne, les drogues, le sexe... Avec « Up The Dosage », on est dans un style musical lipidique : graisseux, gras, sale en sont les mots clés et la source de ce Rock ! Blaine et sa bande ne cachent pas leurs influences et cela s'entend : AC/DC, AEROSMITH, MOTÖRHEAD, Iggy Pop, ROSE TATTOO, LYNYRD SKYNYRD, Ted Nugent "Old School" et un peu de ZZ TOP. Si vous appréciez ces groupes, vous n'allez pas être déçu(e). Le groupe a décrété que cet album était leur « Back In Black » (AC/DC, 1980). Mégalomanie ? Non. Marketing ? Oui. Sens de l'humour ? Un peu beaucoup.

Montez le volume à 11 comme dans Spinal Tap. Intro avec orgue Hammond et public live, "Everybody's Fault But Mine", jeu de mot et clin d'oeil à AEROSMITH, ouvre l'album et donne le rythme Rock'n'Roll à vos conduits auditifs et à la récompense cérébrale qui en résulte. "Rub It To Death" ou le mode d'emploi pour se frotter à mort, "Spent", des titres très motörheadien à la "Ace Of Spades", (MOTÖRHEAD, 1980), gardent le cap que se sont fixées les Pussies. "Till The Meat'" vous accroche tout de suite avec ce riff simple et entêtant, le refrain mixant ACDC à AEROSMITH, la voix grave, le gimmick vocal sur le mot « smoke ». Cela devrait être un régal en live ! "The South's Too Fat To Rise Again", morceau Rock Punk avec ses choeurs féminins, "White And Loud", "Pillbilly Blues" sont dans la grande tradition musicale de nos rockers décadents. "Taking It Easy" est un ovni punkoïde de 47 secondes chanté par Ruyter. On en veut encore... Relents Hard Boogie avec "Beginning Of The End".

"Up The Dosage", est dans le même style saupoudré de ZZ TOP, et pourrait faire partie de la B.O. de la série des mafieux italiens « The Sopranos ». "Before The Drugs Wear Off" et "Hooray For Cocaine, Hooray For Tennessee" sont la pierre angulaire Bluegrass et Country de l'album. Un vrai kiff ! Des morceaux entrainants. Honky Tonk piano, Dobro et mandoline sont de sortie. Sortez les tiags, les Stetson et le whisky... Des clichés mais ça fait du bien. Blayne et les Pussies achèvent l'album par une leçon de bienséance en nous signalant que Pussy n'est pas un gros mot sur un air à la AC/DC...

« Up The Dosage » est un super album de Hard Rock, avec des éléments bluesy, groovy, country, sudiste, qui fait taper du pied, secouer la tête, modifier la géographie neuronale, sourire (quel humour et quel second degré ces lyrics) et se sentir bien. 
En fait, avec cet album, c'est plutôt 2 gars, 2 filles sont dans un groupe de Hard Southern Rock. Les NASHVILLE PUSSY sont en tournée en France à partir de la fin du mois de janvier. N'hésitez pas une seconde !
Dans ma playlist : "Everybody's Fault But Mine", "Rub It To Death", "Till The Meat Falls Off The Bone", "Before The Drugs Wear Off", "Hooray For Cocaine", "Hooray For Tennessee".

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK