6 juin 2020, 10:30

IRON MAIDEN

• Discographie des membres : Nicko McBrain


Vous connaissez tous la carrière d’IRON MAIDEN, une centaine de millions d’albums vendus répartis entre seize disques parus depuis 1980 jusqu’à 2015 mais saviez-vous qu’il y a, concernant ses membres, une vie musicale parallèle avant et même pendant pour certains ? Si tel n’est pas le cas, laissez-moi vous présenter la carrière actuelle ou passée de chacun des membres actuels et anciens en dehors du groupe. Et cette semaine, c’est au tour du batteur au nez écrasé le plus célèbre du monde, celui que l’on surnomme « Boomer », l’ineffable et impayable Nicko McBrain. Cet article ne se valant pas exhaustif, mais ayant tout fait pour l’être, libre à vous d’ajouter en commentaires les éventuelles omissions de votre serviteur.

L’histoire du petit Nicolas, non pas celui de Sempé, mais notre "Nicko" ou plutôt Michael Henry McBrain de son nom de baptême, débute le 5 juin 1952 dans le quartier de Hackney à Londres et comme tant d’autres avant et après lui, il a commencé à taper sur pots et casseroles dès son plus jeune âge avant de passer à la batterie pour de vrai et de reprendre des morceaux populaires d’alors, comme ceux des BEATLES ou des ROLLING STONES. A 21 ans, celui que ses parents surnommaient “Nikki” en référence à son ours en peluche Nicholas fut présenté au patron de la maison de disques de l'époque, CBS, comme “Neeko”. Cela n’offusqua pas l’intéressé qui “anglicisa” son surnom en Nicko pour ne plus jamais en changer à ce jour. Ainsi naquit une deuxième fois, pour tous ceux qui suivent IRON MAIDEN, Nicko McBrain. En 1973, il fait ses premiers pas en participant à l’enregistrement de "Nice One Cyril", un titre-hommage à l’arrière-gauche des Tottenham Hotspur, Cyril Knowles, constituant ainsi sa première expérience professionnelle et qui plus est, gravée sur disque.
 


 


La même année, il joue sur l’album « Giltrap » de Gordon Giltrap, un artiste folk rock qui sortira quelques années plus tard un album intitulé « Fear Of The Dark » et dont la police d’écriture ressemble étrangement à celle d’un groupe de heavy metal anglais plutôt célèbre qui sortira un album du même nom en 1992. Suivez mon regard… Extrait de son unique participation, le morceau "Far Beyond". A l’image de la pochette de l’album, c’est plutôt inoffensif et bien loin des futures cavalcades orchestrées par Steve Harris.
 


 

  


En 1975, Nicko intègre le groupe STREETWALKERS, que l’on peut traduire en français et dans son terme technique par “péripatéticiennes”. Avec eux, il perfectionne son jeu, le groupe officiant dans un registre plus rock et blues que ce qu’il a joué jusqu’alors. Il enregistre ainsi deux albums, « Downtown Flyers » (1975) et « Red Card » (1976). A cette époque, il est identifié dans les crédits d’albums comme Nicko uniquement sans le McBrain complémentaire qui viendra l’année d’après. Démonstration avec le bluesy "Crawfish" et "Daddy Rolling Stone" orienté rn’b/soul.
 

 

 
 

  
 


Changement d’équipe pour intégrer le groupe de Pat Travers en 1976, ce qui va le faire entrer définitivement dans le domaine du rock plus marqué et un ton qui se durcira avec les deux autres formations qu’il intégrera. Deux disques sortent en 1977 car à cette époque, les groupes ne mettaient pas dix ans à travailler dessus, et on peut donc entendre Nicko sur « Makin’ Magic » et « Puttin’ It Straight » avec, respectivement, deux jolies chansons, "Hooked On Music" et "Speakeasy", sur laquelle on retrouve la guitare additionnelle d’un membre d’alors de THIN LIZZY, Scott Gorham.
 


 


 

​  


C’est en 1981 que l’on retrouve la trace discographique de Nicko quand sort l’album « Marche Ou Crève » de TRUST. Considéré comme l’un des albums dits “classiques” du groupe français, on retrouve dessus autant de classiques justement qu’il compte de titres. "Certitude… Solitude", "Les Templiers", "Les Brutes", "Ton Dernier Acte", n’en jetez plus la coupe est pleine ! TRUST tournera à cette période avec IRON MAIDEN et lorsque ceux-ci se sépareront de Clive Burr en 1982, un mercato du heavy metal aura lieu avec la permutation de Nicko et Clive, ce dernier jouant sur l’album « Trust IV » (connu également sous le titre « Idéal »).
 


 


Peu de temps après donc, il rejoint les rangs de MAIDEN qu’il ne quittera plus et assistera à la valse des arrivées et départs de nombreux autres musiciens au sein du quintet, puis sextet à partir de 1999 lors du retour de Bruce et Adrian. En 1991, il édite la vidéo Rhythms Of The Beast (rééditée en DVD en 2010) où il présente son matériel, explique des techniques de jeu et où l’on peut entendre des morceaux originaux tel "Rhythm Of The Beast" (ci-dessous) qui voit Dave Murray taper le solo avec son pote. A noter que le titre de la vidéo a été décliné en un vinyle (toujours en 1991) avec en face B, "Beehive Boogie".
 


 


 


Surbooké par les cycles album/tournée/album/tournée incessants de MAIDEN, il ne redescend que du Ed Force One (l’avion utilisé plusieurs fois par le groupe pour se déplacer et piloté par Bruce Dickinson) pour jouer au golf, avec Dave notamment, même s’il trouve le temps d’ouvrir en 2009 un restaurant, le Rock N’ Roll Ribs, non loin de son lieu de résidence à Boca Raton en Floride. En 2001, il s’offre une petite escapade solo sans prétention où il lance le projet TOTAL McBRAIN DAMAGE (le « TOTAL » disparaîtra ensuite) avec lequel il interprète des morceaux de MAIDEN. Un délire qui dure cependant car il réactive le projet lors d’événements sporadiques, principalement lors de soirées concerts données au Rock N’ Roll Ribs. Un aperçu sans chichis avec "The Trooper", ou comment ne pas subir les affres de l’âge et se dégripper de temps à autre…
 


On le sait, les rockers ont un grand cœur et Nicko participe en 2011 au projet éphémère WhoCares, sorte de super groupe composé de Ian Gillan (DEEP PURPLE), Tony Iommi (BLACK SABBATH), Jason Newsted (ex-METALLICA) et Jon Lord (DEEP PURPLE), du moins pour le morceau auquel le batteur participe. Les recettes étaient destinées à assurer la reconstruction d’une école de musique à Gyumri en Arménie, détruite après le tremblement de terre en 1988, ainsi qu’à l’achat d’instruments de musique.
 

 
 


Un Nicko qui a tout notre soutien moral, étant très souvent délogé de son kit d’entraînement lors des tournées par un trublion dont il peut difficilement se défaire, tel le sparadrap du capitaine Haddock. Courage Nicko...


YouTube.com


La discographie de Bruce Dickinson / Steve Harris / Adrian Smith / Dave Murray / Janick Gers

Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK