12 septembre 2019, 18:00

AEROSMITH

• "Pump" - 1989 (Geffen)


Nous sommes (déjà) en 2019 et cet album fête ses… 30 ans ! Joignez l’utile à l’agréable et écoutez l’album chroniqué grâce au lecteur ci-dessous.



Paru le 12 septembre 1989, « Pump » est le pinacle de la carrière d’AEROSMITH (en ce qui concerne les 80’s). Commercialement  s’entend. Le groupe est revenu quelques années auparavant avec « Done With Mirrors » et surtout « Permanent Vacation » qui les ont remis en selle (Back in the saddle, pour faire référence à l’un de leurs morceaux), auprès des médias et du public mais aussi sur un plan personnel car le groupe est alors requinqué et le chanteur Steven Tyler et le guitariste Joe Perry, les Toxic Twins comme on les surnomme, ont les narines débouchées, en rapport à leur consommation gargantuesque de drogue. Le duo avec le groupe de hip-hop RUN DMC en 1986 pour une reprise de "Walk This Way" a beaucoup œuvré dans leur sens également. Bref, « Pump » est conçu pour tout défoncer et c’est ce qu’il fait.

On est en cette rentrée 1989 en plein boum des années MTV, la chaîne musicale US qui fait la pluie et le beau temps en matière de rock et metal au sens large et AEROSMITH va largement en profiter. Il faut dire aussi qu’à la fin des années 80, la sphère rock carbure encore au régime sex, drugs & rock n’ roll. Et les paroles des morceaux de cet album s’en inspirent directement. Le sexe ("Love In An Elevator"), la drogue et l’alcool ("Monkey On My Back"), le rock ("F.I.N.E. " ou "Young Lust") mais l’album n’est pas hermétique à placer quelques balades en guise de cartouches visant à atteindre en plein cœur les jeunes demoiselles d’alors ("What It Takes"). Du fun oui mais aussi des sujets graves comme l’inceste et la violence faite aux femmes, un thème dont se fait écho le morceau "Janie’s Got A Gun" (Steven Tyler a d’ailleurs contribué à ouvrir la Janie’s House, une structure venant aux femmes victimes de violences et d’abus sexuels). Côté son, c’est Bruce Fairbairn, artisan de réussites pour des groupes comme AC/DC (« The Razor’s Edge », c’est lui) ou encore BON JOVI et DAN REED NETWORK pour ne citer que des groupes à la même époque, qui se charge de mettre en forme tout cela, aidé par Mike Fraser notamment (qui travaillera avec GUNS N’ ROSES et AC/DC entre autres). Le résultat ? Deuxième meilleure vente de leur discographie à ce moment avec plus de 7 millions d’albums écoulés (« Toys In The Attic » paru en 1975 culmine lui à 8 millions) et sont extraits 6 singles sur 10 titres que compte le disque, un record.

Comme pour tout groupe atteignant ce niveau, il est presque impossible de réitérer l’exploit ou se maintenir à un tel niveau. La concurrence étant rude et à l’approche de l’ère grunge, AEROSMITH y parvient pourtant avec « Get A Grip » paru en 1993 et ses 20 millions de copies vendues. Toujours actif sur scène, AEROSMITH, dont les membres approchent ou ont atteint les soixante-dix ans, reste un pilier du hard US et l’on peut encore compter sur Steven Tyler (qui a sorti il y a quelques années un remarquable album solo) ou Joe Perry en compagnie de HOLLYWOOD VAMPIRES pour nous faire vibrer.

Pour aller plus loin :

« Toys In The Attic » (1975)
« Rocks » (1976)
« Permanent Vacation » (1987)
« Get A Grip » (1993)

Blogger : Jérôme Sérignac
Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK