13 juin 2020, 10:30

IRON MAIDEN

• Discographie des membres : Paul Di'Anno


Vous connaissez tous la carrière d’IRON MAIDEN, une centaine de millions d’albums vendus répartis entre seize disques parus depuis 1980 jusqu’à 2015 mais saviez-vous qu’il y a, concernant ses membres, une vie musicale parallèle avant et même pendant pour certains ? Si tel n’est pas le cas, laissez-moi vous présenter la carrière actuelle ou passée de chacun des membres actuels et anciens en dehors du groupe. Et cette semaine, c’est au tour du premier chanteur à enregistrer en studio avec le groupe pour ce qui allait devenir le mythique et culte autant que rare 45 tours « The Soundhouse Tapes » (édité à 5000 exemplaires seulement, Saint Graal des collectionneurs), l’album éponyme « Iron Maiden » puis « Killers » et enfin l’EP live « Maiden Japan ». J’ai nommé le fort en gueule, dans tous les sens du terme, Paul Di’Anno.

Construit par groupe et non par année, des albums de ses diverses formations s’entremêlant au fil des décennies, ces lignes ne se veulent pas exhaustives mais ont tout fait pour l’être, libre à vous d’ajouter en commentaires les éventuelles omissions de votre serviteur.

Accusé, veuillez décliner vos nom, prénom, date de naissance, profession s’il vous plaît.
   - Andrews Paul, né le 17 mai 1958, chanteur.
Reconnaissez-vous les faits pour lesquels vous paraissez devant le tribunal du metal, en l’occurrence d’avoir participé à créer la légende qu’est devenu le groupe IRON MAIDEN et d’avoir commis avec eux quatre forfaits qui ont troublé durablement l’establishment musical heavy metal jusqu’à la fin des temps et à cet effet, plaidez-vous coupable ?
   - Oui, je reconnais les faits évoqués et plaide coupable.

Tel pourrait être le début du gentil procès de Paul Di’Anno que l’on pourrait, ici à HARD FORCE, lui intenter, au regard des (mauvais) rapports qu’il a presque toujours entretenu avec la loi et l’ordre. Mais ceux qui l’ont rencontré, même brièvement, et le connaissent un peu savent que sous ses airs bourrus, sa gouaille et sa morgue (rien à voir avec les meurtres de la rue du même nom…) se cache un personnage attachant, bienveillant à l’encontre de son entourage, prêt à donner sa chemise pour peu qu’on lui demande gentiment. Cela étant dit, parlons de ses frasques musicales, hors IRON MAIDEN car tel est le postulat de ces articles, frasques autrement plus intéressantes que ses apparitions régulières dans la rubrique faits divers ou des tabloïds puants. Retour rapide donc jusqu’en 1983, deux ans après son éviction, l’intéressé dira « mon départ consenti », pour le début de sa carrière solo. Attention moteur eeeeet… ACTION !

DI’ANNO

Actif pendant deux ans, l’entité présente s’appelait au départ LONEWOLF mais, en raison de l’existence d’un autre groupe du même nom, la formation capitalisa sur le nom de son chanteur et ne sortit qu’un seul et unique album éponyme qui ne rencontra que peu de succès, menant à sa dissolution immédiate. On compte tout de même une VHS, « Live At The Palace », un concert donné au Camden Palace à Londres. Extraits ? Allez, c’est parti avec "Flaming Heart" tiré de l’album et une version live de cette VHS, "Antigua".
 






En 2000, surprise ! DI’ANNO, le groupe, sort un nouvel album, « Nomad », bien dans l’air du temps selon ce que l’on y entend. Un album qui ressortira sous le nom de « The Living Dead » en 2006 agrémenté d’un DVD et de titres bonus, comme cette surprenante mais réussie reprise de MEGADETH, "Symphony Of Destruction" (en écoute ci-dessous) et deux d’IRON MAIDEN, "Wrathchild" et "Phantom Of The Opera" ainsi qu’un réenregistrement du titre "P.O .V.".
 

  


"P.O.V." sur l’album « Nomad »


"P.O.V. 2005" sur l’album « The Living Dead »




​GOGMAGOG

Comme déjà évoqué dans l’article sur Janick Gers (lien en fin d’article), GOGMAGOG est un groupe composé, outre Paul Di'Anno, de Janick Gers donc, Neil Murray, ancien bassiste notamment de WHITESNAKE et qui officia auprès de BLACK SABBATH, Pete Willis (ex-DEF LEPPARD) à la guitare et Clive Burr à la batterie (ancien batteur de IRON MAIDEN et TRUST). Le groupe n’a sorti qu’un seul EP de trois titres en 1985 intitulé « I Will Be There ». Faute de succès, l’entreprise ne survécut pas à cet EP et pour être honnête, on ne leur en veut pas.
 



Paul Di’Anno’s BATTLEZONE

Nommé à l’origine STRIKE, le groupe formé en 1985 devient BATTLEZONE puis, Paul Di’Anno’s BATTLEZONE avec qui Paul sort trois albums. « Fighting Back » (1986) amorce leur carrière qui décolle vraiment un an plus tard avec « Children Of Madness » et le titre "I Don’t Wanna Know" qui squatte les programmes de MTV, assurant au groupe une large visibilité bien méritée, ce deuxième disque étant truffé de titres heavy de très bonne facture. Une compilation des deux albums, « Warchild », est éditée en 1988 et… ça s’arrête là. En cause, des conflits internes d’égo, de drogues, les membres quittant le navire les uns après les autres, laissant BATTLEZONE sans même un manager. Di’Anno relance le nom en 1998 avec l’album « Feel My Pain », suivi d’une tournée au Brésil notamment mais, là encore, cela n’ira pas plus loin.
 


 

  




PRAYING MANTIS & Paul Di’Anno, Dennis Stratton

En 1989, Paul rappelle son ancien camarade de jeu au sein d’IRON MAIDEN, Dennis Stratton et la paire s’associe avec le groupe PRAYING MANTIS avec lesquels ils s’envolent au printemps 1990 au Japon pour un séjour lors duquel ils enregistreront le 18 avril au Nakano Sunplaza deTokyo ce qui deviendra un an plus tard, « Live At Last ». Rien de transcendant, pas réellement bien interprété non plus, n’est pas MAIDEN qui veut, ce disque ne vaut que par la présence de Paul et Dennis réunis et les six titres de MAIDEN qu’ils jouent ensemble, comme ce "Wrathchild" présenté ici.
 



KILLERS

Il a beau dire vouloir s’en défaire, Paulo ne trouve rien mieux que d’appeler son nouveau groupe en 1991, KILLERS, du même nom que le dernier album enregistré avec IRON MAIDEN. Mais il faut noter que KILLERS est l’aventure la plus longue à laquelle participe Di’Anno de toutes les formations et projets auxquels il est associé. Avec eux, il enregistre deux albums, « Murder One » en 1992 et Menace To Society » en 1994, une compilation en 2002 et, c’est là que le bât blesse, quatre albums live, solution de facilité pour empocher quelques sesterces et palier à l’absence de matériel original en studio. Quand on aime, on ne compte pas rétorqueront certains, ce qui n’est pas faux. Extraits studio avec le redoutable "Marshall Lockjaw" et "Faith Healer", une reprise du Alex Harvey Band.
 

    

    



"Faith Healer" – la reprise


"Faith Healer" – l’originale


Paul Di’Anno  & Dennis Stratton

Paul et Dennis s’associent au milieu des années 90 et sortent deux albums, « The Original Iron Men » et « The Original Iron Men 2 ». Un hard rock FM dans l’ensemble plutôt sympa, de bonnes mélodies vocales et de belles parties de guitare et des disques où l’on retrouve quelques noms bien connus tels Biff Byford et Nigel Glockler (SAXON), Kim McAuliffe (GIRLSCHOOL), le regretté « Fast Eddie » Clarke (MOTÖRHEAD) ou Don Airey (Ozzy Osbourne entre autres). Ces deux disques aux pochettes tout simplement immondes feront l’objet de deux compilations, « Hard As Iron » et « Made In Iron », aux pochettes tout aussi abominables, qui regroupent certains titres des deux disques originaux.
 

  

  





​THE ALMIGHTY INBREDZ

En 1999, Paul en compagnie de quatre autres garçons éventuellement dans le vent vont commettre un forfait punk rock sous la bannière THE ALMIGHTY INBREDZ. Direct et sans fioritures, on y retrouve sept morceaux glaviotés à la face du monde pour un résultat juste jouissif qui sied à merveille au côté punk dont Paul s’est toujours revendiqué.  Un seul disque comme dit et c’est bien dommage car on aurait bien reçu quelques postillons supplémentaires. Séquence souvenir avec "Inbredz Family".
 


 


​ARCHITECTS OF CHAOZ

Ah l’aventure ARCHITECTS OF CHAOZ...  Le groupe d’origine allemande sort en 2015, « The League Of Shadows », un album de heavy assez agressif où Paul laisse éclater sa rage sur les titres qui le composent et sur lequel on retrouve en titre bonus, "Je Suis Charlie", écrite en référence aux attentats de janvier 2015. Mais en août 2016, la nouvelle tombe sur les téléscripteurs, Di’Anno ne fait plus partie du groupe. Voici un extrait du communiqué de ses ex-compagnons. Ambiance…

 « Cher famille AoC, ceci est peut-être la chose la plus dure que nous puissions imaginer, mais nous devons vous dire que (aussi douloureux que cela puisse être pour nous), pour sa propre santé et dignité, PAUL NE FAIT PLUS PARTIE DU GROUPE !! (…) »

Nous vous passons les détails pour arriver directement à la réponse de Paul :

« Je viens juste d’avoir un message de mes soi-disant collègues Allemands qui ont décidé de continuer sans moi. Cependant, je ne vais pas les laisser utiliser le nom AoC – ARCHITECTS OF CHAOZ. J’espère que mon nouveau AoC prendra du service l’année prochaine avec de nouveaux membres et un son encore plus heavy et plus d’énergie. Je suis en train de regarder du côté de mes frangins au Brésil pour ceci. Au revoir les traîtres !! »

A ce que l’on a pu lire, le groupe s’est "délesté" de Paul, en raison des sérieux problèmes de santé qui se sont déclarés à cette période et ce, de manière fort peu cavalière, même si la poursuite de la carrière d’un groupe ne peut être assimilée à de la philanthropie, et donc à attendre indéfiniment un membre qui ne peut plus rien faire, ou si peu.
 



​Pour élargir ce très long tour d’horizon de la riche carrière musicale qu’a eue Paul Di’Anno, voici une liste (très probablement non exhaustive) de disques sortis sous son nom, de participations à des albums-hommage. Et là encore, quelques extraits dignes d’intérêt confirmant la versatilité et les possibilités vocales du monsieur.

EN SOLO :

The World's First Iron Man (1997)
As Hard as Iron (1997)
Beyond the Maiden (Compilation, 1999)
The Masters (Compilation, 1999)
The Beast (Live, 2001)
The Beast in the East (Live, 2003)
The Living Dead (2006)
The Maiden Years - The Classics (Compilation, 2006)
Iron Maiden Days & Evil Nights (Compilation, 2007)
Wrathchild - The Anthology (Compilation, 2012)
The Beast Arises (DVD, 2014)

"Living In America", reprise du Godfather of soul James Brown où Paul s’approprie le morceau avec brio. Un titre à retrouver sur l’album « The World’s First Iron Man » paru en 1997.
 



​"Charlotte The Harlot" extraite de l’album The Classics – The Maiden Years (2006)
 



​ALBUMS-HOMMAGE :

In The Name Of Satan - A Tribute To Venom (1998)
666 The Number One Beast (Iron Maiden Tribute) (1999)
666 The Number One Beast Volume 2 (Iron Maiden Tribute) (1999)
The Maiden Years (Iron Maiden Tribute) (2000)
Gimme All Your Top (ZZ TOP Tribute) (2000)
The Boys Are Back (THIN LIZZY Tribute) (2000)
Only UFO Can Rock Me (UFO Tribute) (2001)
Another Hair Of The Dog (NAZARETH Tribute) (2001)
Hangar De Almas: Tributo A MEGADETH (2005)
Numbers From The Beast – An All Stars Tribute to IRON MAIDEN (2005)
World's Greatest Metal – Tribute to LED ZEPPELIN (2006)
An '80s Metal Tribute To VAN HALEN (2006)
A Tribute To THE ROLLING STONES (2007)
Top Musicians Play The Rolling Stones (2010)
Thriller – A Metal Tribute To Michael Jackson (2013)
Tribute to Rod Stewart and The Faces II (2015)

Quasiment toutes ses participations aux albums listés ci-dessus sont dignes d’apparaître ici mais il faut être concis (c’est dur !) alors, voici quelques amuse-bouche afin de vous donner l’envie d’aller fouiner plus avant sur la toile afin de découvrir le reste.

« Gimme All Your Top (ZZ Top Tribute) » (2000) où il se frotte à "Sleeping Bag".
 



« Numbers From The Beast – An All Stars Tribute to IRON MAIDEN » (2005) où l’on retrouve de très gros noms du metal. Sur ce morceau, Paul est entouré par rien moins que Chris Traynor (HELMET, BUSH) à la guitare rythmique, Alex Skolnick (TESTAMENT) qui se charge du solo, Frank Bello (ANTHRAX) à la basse et John Tempesta (HELMET et ex-TESTAMENT) à la batterie. Le reste de l’album est du plus haut niveau en ce qui concerne les intervenants et s’il est un album-hommage à vous procurer concernant IRON MAIDEN, c’est bien celui-là.



« World's Greatest Metal – Tribute to LED ZEPPELIN » (2006) et "Kashmir".
 



« An '80s Metal Tribute To VAN HALEN » (2006) avec "Ain’t Talking ‘Bout Love". Là encore, c’est le who’s who du metal et hard rock qui a accouru en studio. Yngwie Malmsteen, Doug Pinnick (KING’S X), Jake E. Lee (RED DRAGON CARTEL, ex-Ozzy Osbourne), j’en passe et des meilleurs.
 



​APPARITIONS EN TANT QU’INVITÉ :

De par son nom, Paul a été invité à de nombreuses reprises par diverses formations, connues ou non, certaines se servant de ce nom pour s’établir ou bien lorsque ces groupes sont en lien avec lui d’une quelconque manière, à la manière du groupe AIRFORCE et du morceau "Sniper" paru en 2018 où il retrouve son ancien comparse, le batteur Doug Sampson qui a joué sur le mythique 45 tours « The Soundhouse Tapes », sa dernière participation en date.  Une liste qui en oublie sûrement .

ENGLISH STEEL « Start 'Em Young » (1993) - "She Goes Down"
ENGLISH STEEL « Lucky Streak Vol. II » (1994) - "Danger" et "Dirty"
ACIARIUM  « The Heavy Metal Superstars » (1996)
RE-VISION « Longevity » (2001) - "Larvae"
SPEARFISH « Back For The Future » (2003) - "Justice In Ontario"
DESTRUCTION « Inventor Of Evil » (2005) - "The Alliance Of Hellhoundz"
MICHAEL SCHENKER GROUP « Heavy Hitters » (2005) - "Hair Of The Dog"
IRA « Gloria Eterna » (2008) - "Marshall Lockjaw"
MANTRA « Building: Hell » (2010) - "Master Of My Life"
ATTICK DEMONS « Atlantis » (2011) - "Atlantis"
LEGIONS OF CROWS « Stab Me » (2011) - "Coventry Carol"
SÅ JÄVLA METAL « The History Of Swedish Hard Rock and Heavy Metal » OST (2011) - "Så Jävla Metal"
WOLFPAKK « Wolfpakk » (2011) - "The Crow"
PRASSEIN ALOGA « Midas Touch » (2011) - "See The Bodies" et "Flesh of Life"
LAYLA MILOU « Reborn » (2012) - "You Own Control"
SCELERATA « The Sniper » (2012) – chœurs, compositeur
RUSHMORE « Kingdom Of Demons » (2013)
RED DRAGON CARTEL « Red Dragon Cartel » (2014) - "Wasted"
HOLLYWOOD MONSTERS « Big Trouble » (2014) - "Fuck You All"
ODIUM « The Science Of Dying » (2014) - "Die With Pride"
MAIDEN UNITED « Remembrance » (2015) - "Prowler"
MIKAEL FASSBERG « Lazy Sunday » (2015)
COFFEE OVERDRIVE « Rocket L(A)unch » (2015) - "To The Top"
UNITED ARTISTS AGAINST TERRORISM « Heroes » (2016)
IBRIDOMA « December » (2016) - "I'm A Bully"
MIKAEL FASSBERG « All Or Nothing » (2017)
AIRFORCE « Black Box Recordings Volume 2 » (2018) - "Sniper"

DESTRUCTION « Inventor Of Evil » (2005) - "The Alliance Of Hellhoundz".

Une formidable association de malfaiteurs pour un hold-up auditif digne de Mesrine ! Fidèles à leur tradition, DESTRUCTION et Paul sont de véritables bouchers musicaux. « Kolossal ! »
 



​RED DRAGON CARTEL « Red Dragon Cartel » (2014) - "Wasted"

Groupe fondé par Jake E. Lee, un ancien guitariste d’Ozzy Osbourne qui a sorti à ce jour et sous ce nom deux très bons albums que l’on ne saurait que trop vous conseiller.
 



​HOLLYWOOD MONSTERS « Big Trouble » (2014) - "Fuck You All"

Un morceau qui apparaît en bonus et tiré de « Big Trouble », l’unique album de ce groupe créé par Stéphane Honde (ex-CAFÉ BERTRAND) et auquel ont participé le batteur Vinny Appice (DIO, BLACK SABBATH) et Don Airey (DEEP PURPLE). Un clip magistral et un excellent titre... Tout cynisme est bien évidemment exclu de cette dernière phrase.
 



​MAIDEN UNITED « Remembrance » (2015) - "Prowler"

Paul reprend ici le premier morceau du premier album où il sait souffler le chaud et le froid, comprendre par là moduler son chant et se faire plus doux par moments, comme il a su le faire totalement sur "Remember Tomorrow", une chanson dédiée à son grand-père.
 



​Enfin, il serait criminel de passer sous silence cette biographie de Di’Anno, un terme savamment choisi (criminel, pas biographie), celle-ci laissant la part belle à ces frasques « stupéfiantes » si vous voyez ce que je veux dire… Comment démêler le vrai du faux, le fantasme de la réalité, voilà tout le sel des histoires à dormir debout qui nous sont servies ici. Mais qu’importe car comme dit au départ, Paul est une grande gueule et ce bouquin s’en fait l’écho.

  


En guise de conclusion, des nouvelles de Paul qui ne va pas fort ces dernières années, ayant laissé traîner des problèmes de santé qui l’ont vu même monter sur scène en fauteuil roulant et qui séjourne en hôpital depuis un moment suite à une intervention à ce sujet. Mais solide comme un roc, "Paulo" fait face à l’adversité, aux épreuves devant lesquelles de nombreuses personnes auraient baissé les bras et cette dernière photo, prise à Paris lors de son concert au Divan Du Monde le 10 novembre 2013 en compagnie de votre serviteur, illustre à merveille la personnalité de ce personnage unique, énervant parfois mais malgré tout profondément attachant. « Fuck ‘it all Paul! »
 


© Jerôme Sérignac


La discographie de Bruce Dickinson / Steve Harris / Adrian Smith / Dave Murray / Janick Gers / Nicko McBrain

Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK