23 mai 2020, 11:30

UN JOUR, UN ALBUM

• KISS : "Dynasty"


Le 23 mai 1979, KISS sortait « Dynasty ». L'idée n'est pas d'en faire la chronique mais de rappeler quelques faits ou anecdotes que vous ignoriez peut-être sur le septième album studio du groupe qui fête aujourd'hui son 41e anniversaire… 


• Deux ans plus tôt, alors que KISS est au sommet de sa gloire avec « Alive II », les "fêtards" – Ace "The Spaceman" Frehley (guitare) et Peter "The Catman" Criss (batterie) – ont annoncé au tout-puissant duo Paul "The Starchild" Stanley (chant/guitare/moue)–Gene "The Demon" Simmons (chant/basse/langue), qu'ils souhaitaient quitter KISS pour se lancer dans une carrière solo. Une très mauvaise idée pour les deux têtes pensantes qui voient d'un mauvais œil cette possible implosion qui risquerait de mettre à mal la carrière florissante du groupe. Alors, pour calmer les esprits, il décident que chaque musicien va prendre un peu de recul et enregistrer un album en solitaire. Mais que tous les quatre sortiront le 18 septembre 1978. 
Malheureusement, ce qui semblait une bonne idée sur le papier n'aura pas l'effet escompté : non seulement les fissures dans l'empire KISS demeurent mais les fans, trop sollicités (le greatest hits « Double Platinum » est sorti, tout comme le film Kiss contre les Fantômes et son cortège de produits dérivés), ne réagissent pas avec l'enthousiasme débordant prévu. L'album de Gene montera jusqu'à la 22e place des charts américains, celui d'Ace à la 26e (sa reprise de “New York Groove” sera 13e des ventes de singles, ce qui en fera le mieux classé de la bande), celui de Paul à la 40e et celui de Peter à la 43e. Chacun dépassera quand même le respectable score de 500 000 ventes (ils seront certifiés platine par la suite) alors que Casablanca Records avait misé sur le double en quelques mois. D'où une déception palpable chez les musiciens et leur maison de disques. Fin de l'aparté qui visait à replacer les choses dans leur contexte.

• Quand le quartet se retrouve pour enregistrer ce qui sera son septième album studio, Peter Criss insiste pour qu'il soit produit par Vini Poncia qui a signé le son de son incartade solo. Malheureusement pour lui, ce dernier, mais aussi Simmons et Stanley, lui reprochent de ne plus avoir le niveau, rongé qu'il est par ses problèmes de drogue et son divorce, l'accident de voiture où il a été blessé aux mains quelques mois plus tôt n'ayant rien fait pour arranger les choses non plus. L'Homme-Chat devra se contenter d'une unique contribution à « Dynasty », "Dirty Livin'" sur lequel il chante et joue de la batterie, et c'est Anton Fig, entendu sur l'album solo d'Ace Frehley, qui le remplace en studio. Ce dernier ne sera pas crédité et la majorité des fans ne relèveront pas les différences de jeu. Mais les jours de Criss chez KISS sont désormais comptés...

Peter n'est apparemment pas le seul musicien à ne pas avoir beaucoup joué de son instrument sur « Dynasty ». Gene Simmons, qui se rêve alors acteur hollywoodien, n'enregistre les parties de basse que sur trois chansons : "I Was Made For Lovin' You", "Charisma" (dont le début est une réécriture du morceau "Simple Type" de WICKED LESTER, première incarnation de KISS) et "X-Ray Eyes". C'est vraisemblablement Paul qui s'est chargé de celles de "Sure Know Something" et "Magic Touch", Ace signant pour sa part celles d'une reprise des ROLLING STONES, "2,000 Man", "Hard Times" et "Save Your Love". Les trois chansons qu'il chante d'ailleurs, ce qui en fait sa plus grosse "participation" à un album de KISS.
 

  


• Evidemment, qui dit « Dynasty » dit "I Was Made For Lovin' You", "le" hit des New Yorkais, celui que tout le monde a un jour ou l'autre entendu, voire siffloté sous sa douche. Mais quand on replace le disque et ce dernier dans leur contexte, on comprend qu'un certain nombre de soldats de la KISS Army aient relativement mal encaissé le choc après des albums aussi hard rock 'n' roll que le brelan « Destroyer »-« Rock and Roll Over »-« Love Gun » qui les a précédés...

La chanson, on la doit à Paul Stanley qui fréquente assidûment le Studio 54, boîte archi-branchée de la Grosse Pomme où le disco règne alors en maître absolu. Ce sera d'ailleurs la première des 16 collaborations du groupe avec Desmond Child – machine à tubes qui travaillera également dans les années 80 avec BON JOVI, Alice Cooper, AEROSMITH ou SCORPIONS, entre autres...
 


• "I Was Made For Lovin' You" sortira également en version remix de 7,54 mn, soit 3mn de plus que sur l'album. Pour danser jusqu'au bout de la nuit... Deux mois plus tard, le single est certifié disque d'or (500 000 ventes) aux USA. En France, où figure en face B "Hard Times", il se vendra à 595 000 exemplaires et montera jusqu'à la 2e place des charts. A noter, comme on le voit un peu plus haut, que la pochette originale de la chanson ne portait pas la mention "disco rock" qui a été rajoutée par la suite. En 2010, LES ENFOIRÉS en commettront (y'a pas d'autre terme) même une reprise, "Si l'on s'aimait, si"... NON !!!
 


• Mais (justice immanente diront certains), le public qui achète des 45 tours n'est ni celui qui se procure les albums, ni celui qui va aux concerts. Et le « hottest band in the world » va en faire la "cuisante" expérience. Deux ans plus tôt, sur la tournée "Alive II", KISS avait donné jusqu'à trois concerts complets dans la même ville. Dans cette optique, et partant du principe que "I Was Made For Lovin' You" cartonne dans le monde entier, le groupe a fait construire une scène encore plus délirante et envisage jusqu'à quatre concerts dans certains centres névralgiques.
Raté. Car entre les fans de longue date qui se détournent du groupe, dégoûtés qu'ils aient cédé aux sirènes du disco et de la pop, et les acheteurs de singles qui ne se déplacent pas, c'est le four, l'échec commercial. Pour la première fois de sa carrière, KISS se voit dans l'obligation d'annuler des dates, faute de réservations suffisantes...

• Ce qui explique pourquoi le "Dynasty Tour", également baptisé "The Return Of KISS", ne traversera pas l'Atlantique. Les fans européens devront donc attendre 1980 pour retrouver le quartet en live, avec désormais Eric Carr, alias The Fox/le Renard à la batterie, sur le "Unmasked Tour" qui fera trois étapes en France. Avec, en première partie, un tout jeune groupe du nom d'IRON MAIDEN. Mais ceci est une autre histoire.

• Ce sera la dernière tournée avec un Peter Criss au jeu de plus en plus fluctuant. Abus de drogues, comme lui reprochera le binôme Stanley-Simmons ? Ou, comme l'affirmera par la suite le principal intéressé, volonté d'énerver les deux hommes en accélérant ou ralentissant volontairement le tempo en concert ? Quoi qu'il en soit, le 18 mai 1980, "The Catman" quitte officiellement KISS (selon les sources, il aurait été viré ou serait parti de son plein gré) avant d'être remplacé par Eric Carr. Criss fera toutefois son come-back en 1996 avant de repartir en 2001. 

• Deuxième single de « Dynasty », "Sure Know Something", avec "Dirty Livin'" en face B, sera dans les bacs en septembre. 
 


En France sortira également un troisième single, "Magic Touch", accompagné de "Save Your Love", écrit et chanté par Frehley, en face B. Pas de vidéo officielle mais on peut toujours compter sur les fans...
 


 

  


Discographie
Kiss (1974)
Hotter than Hell (1974)
Dressed to Kill (1975)
Alive! (1975) [Live]
Destroyer (1976)
Rock and Roll Over (1976)
Love Gun (1977)
Alive II (1977) [Live]
Paul Stanley (1978) / Gene Simmons (1978) / Ace Frehley (1978) / Peter Criss (1978)
Dynasty (1979)
Unmasked (1980)
Music from "The Elder" (1981)
Creatures of the Night (1982)
Lick It Up (1983)
Animalize (1984)
Asylum (1985)
Crazy Nights (1987)
Hot in the Shade (1989)
Revenge (1992)
Alive III (1993) [Live]
Kiss Unplugged (1996) [Live]
Carnival of Souls: The Final Sessions (1997)
Psycho Circus (1998)
Kiss Symphony: Alive IV (2004) [Live]
Alive 35 (2008) [Live]
Sonic Boom (2009)
Monster (2012)
 


Un jour, Un Album
Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Alexandre Godin
Alexandre Godin
le 23 mai 2020 à 22:03
Pour les participations d'Ace à l'ecriture et au chant d'un album de Kiss, sur Unmasked, album suivant Dynasty, Ace signe et chante sur 3 titres : two side of the coin, torpedo girl et talk to me.
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK