3 janvier 2022, 18:12

LE JOUR OÙ…

Steve Vai enregistre un album avec Ozzy Osbourne


En 1994, Steve Vai et Ozzy commencent l'enregistrement d'un album en commun. Qui ne verra jamais le jour…
 

Depuis toujours, Ozzy a su s'entourer de quelques-uns des meilleurs guitaristes de leur génération. De Tony Iommi chez BLACK SABBATH à Zakk Wylde, qui fait son grand retour à ses côtés sur son album à venir au printemps après avoir été honteusement "évincé" sur « Ordinary Man » (2020), en passant par l'immense Randy Rhoads, Brad Gillis, Jake E. Lee ou Gus G., le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas choisi des manches (humour). A cette liste impressionnante aurait pu/dû s'ajouter Steve Vai. Car en 1994, les deux hommes se sont retrouvés dans le home studio de celui qui fut le brillant élève de Joe Satriani. En effet, Zakk Wylde, que l'on pensait définitivement adoubé après « No Rest For The Wicked » (1988) et « No More Tears » (1991), est parti auditionner pour GUNS N' ROSES qu'il connaît depuis longtemps. Et comme il n'est pas en mesure à l'époque de dire à son boss s'il a décroché le poste ou pas (la réponse est négative), le chanteur se hâte de lui trouver un remplaçant…

Si beaucoup ont de Vai l'image d'un artiste solo virtuose, aussi flamboyant que barré et intouchable dans son jeu de guitare, rappelons que le New Yorkais qui a fait ses classes auprès de Frank Zappa a d'abord succédé à Yngwie Malmsteen au sein d'ALCATRAZZ, groupe formé autour du chanteur Graham Bonnet (RAINBOW et ex-MSG), le temps de « Disturbing The Peace » (1985). Puis a accompagné David Lee Roth sur ses deux meilleurs albums solo, « Eat 'em And Smile » et « Skyscraper » (1986 et 1988). Il a aussi fait partie de WHITESNAKE avec qui il a enregistré « Slip Of The Tongue » (1989), un bon album qui avait toutefois le tort d'abâtardir complètement ce qui faisait précédemment l'âme du groupe de David Coverdale. Mais ça n'en avait pas moins de la gueule.


​En 1994, le Prince des Ténèbres convie donc le guitariste du Diable, du moins si l'on s'en réfère au film Crossroads, A la Croisée des chemins, pour enregistrer un album. Quatre ans plus tôt, à l'occasion d'une interview avec Guitar World dans laquelle il passait en revue les guitaristes qui l'avaient accompagné jusque-là, Ozzy avait pourtant aussi donné son opinion – tranchée – sur deux autres : « Yngwie Malmsteen est capable de faire des choses étonnantes, mais son jeu est froid. Et il en met tellement partout que l'on a du mal à suivre. Quant à Steve Vai, le voir jouer, c'est comme regarder un bon mécanicien démonter un moteur en trois secondes et le remonter. C'est parfait, mais il n'y a jamais de jolies petites erreurs qui humaniseraient son jeu ». La machine Vai avait donc vraisemblablement dû gagner en "humanité"… A moins que ce rapprochement susceptible d'attirer de nouveaux fans ait été le principal critère ? Allez savoir.

Les sessions se déroulent dans le home studio du guitariste à Los Angeles et 11 chansons sont maquettées. Les deux hommes, accompagnés du bassiste Bob Daisley (Ozzy, Gary Moore, BLACK SABBATH) et du batteur Deen Castronovo (JOURNEY), doivent ensuite se retrouver aux CBS Studios. Mais l'histoire tourne court. Selon Daisley, tout se passait bien mais finalement, le virtuose aurait comme qui dirait perdu la foi en cours de route. Selon le camp d'Ozzy, c'est Sharon Osbourne, épouse et redoutable manageuse, qui, voyant que le courant ne passait finalement pas si bien que ça entre l'ex-frontman de BLACK SABBATH et le guitariste, aurait prétexté que finalement, Sony Music – qui devait sortir l'album – n'était plus intéressé. Les deux artistes étaient en effet signés sur des labels différents, ce qui aurait effectivement entraîné des problèmes. Mais il est étrange que cette révélation (mother earth) soit survenue si tard dans le processus créatif… Bref.
 

« J'aime beaucoup Ozzy mais vous m'imaginez tourner avec lui ? Je ne me voyais absolument pas en train de jouer "Paranoid" tous les soirs. Jouer avec lui n'aurait pas été à proprement parler un retour en arrière pour moi, mais j'avais déjà accompagné de grosses rock-stars. Et mon instinct m'a dit que c'était une très mauvaise idée. » – Steve Vai


Les deux partis prennent alors congé sans que le bruit de cette collaboration ne circule plus que ça à l'époque. Mais il est vrai qu'Internet n'existe pas encore. Les deux hommes n'évoqueront jamais vraiment ce rapprochement, même si des bruits courent. En 2015, à l'occasion d'un podcast avec Martin Turner, ex-bassiste/chanteur de WISHBONE ASH, qui met le sujet sur le tapis, Vai répond : « J'aime beaucoup Ozzy mais vous m'imaginez tourner avec lui ? Je ne me voyais absolument pas en train de jouer "Paranoid" tous les soirs. Jouer avec lui n'aurait pas été à proprement parler un retour en arrière pour moi, mais j'avais déjà accompagné de grosses rock-stars. Et mon instinct m'a dit que c'était une très mauvaise idée. » 

En 2020, à l'occasion d'un entretien avec NME, Ozzy racontera une anecdote qui prouve qu'au fond, il existait bien une certaine incompatibilité musicale entre les deux hommes. Un vrai paradigme même. « Un jour, Steve Vai m'a dit : "Tu sais que sur le premier album de BLACK SABBATH, les musiciens ne sont pas parfaitement accordés ?". Je lui ai répondu : "Tu sais quoi Steve ? Cet album continue à se vendre. Alors qu'est-ce que ça peut te foutre ? Personne n'a jamais dit que le rock devait être parfait. Si tu veux la perfection, écoute un putain d'orchestre symphonique". »

De cette rencontre avortée, seule subsistera la chanson "My Little Man", coécrite par Steve Vai, qui figure sur « Ozzmosis », septième disque du Madman commercialisé en 1995. Il a été enregistré avec Geezer Butler, qui retrouve pour la première fois Ozzy en studio depuis l'éviction de BLACK SABBATH de ce dernier, Deen Castronovo ainsi que le claviériste Greg Wakeman (David Bowie, YES). Mais c'est Zakk Wylde qui s'est chargé de toute les parties de guitare et, dans le cas présent, de citare. Précisons au passage que le texte, touchant, est signé Lemmy qui y parle de son fils, Paul. Mais le nom du leader de MOTÖRHEAD, qui a également travaillé sur "See You On The Other Side", ne figure pas dans les crédits. Alors qu'il apparaissait dans ceux de « No More Tears » pour "Mama, I'm Coming Home", "I Don't Want To Change The World", "Desire", et "Hellraiser". Pas rancunier, Lemmy soulignera que coécrire des chansons pour son compatriote lui a rapporté plus qu'il n'a jamais gagné avec MOTÖRHEAD...


Le site www.vai.com nous apprend que la version originale de "My Little Man" proposait des parties de guitares nettement plus barrées que celles (très bonnes au demeurant) de la chanson sur « Ozzmosis » qui ont été logiquement  "zakkifiées". On y apprend également que "Kill The Guy With The Ball", présent sur l'EP « Alien Love Secrets » (1995) du guitariste, est issu des sessions avec Ozzy.


Quant à Bob Daisley, qui pensait enregistrer ce qui deviendra « Ozzmosis », il découvrira, après s'être fait mener en bateau pendant plusieurs mois, que c'est finalement Butler qui a été engagé pour les sessions. Et quand il demandera à Sharon des frais d'annulation, comme cela se pratique normalement dans la musique, cette dernière lui promettra 5 000 dollars… dont il ne verra jamais la couleur. 

Quelque part (dans un coffre ?) dorment certainement les maquettes de ces 11 chansons (disons 9 si l'on fait abstraction de "My Little Man" et "Kill The Man With The Ball") qui n'ont jamais vu le jour et ne le verront sûrement jamais sans l'accord d'Ozzy (comprendre de Sharon)...
 

Le Jour où...
• Dave Lombardo et Joey Jordison ont remplacé Lars Ulrich
• Joey Jordison s'est fait virer de SLIPKNOT
• ACCEPT a enregistré un inédit d'AC/DC
• RUN-DMC a remis AEROSMITH en selle
• Lemmy et Mikkey Dee se sont engueulés sur scène
• Brian Johnson a trouvé sa voix
• Ritchie Blackmore a détruit tout son matos sur scène
• Rob Halford remplace R.J. Dio chez BLACK SABBATH
• Steve Vai devient le guitariste du Diable
• Jim Carrey invite CANNIBAL CORPSE dans son film
• Suicidal Tendencies apparaît dans la série "Deux Flics à Miami"
• Jason Newsted quitte METALLICA
• Satriani remplace Blackmore chez Deep Purple
• James LaBrie de DREAM THEATER s'est vu proposer la place de chanteur d'IRON MAIDEN
• Joe Satriani devient guitariste de tournée de Mick Jagger
• James Hetfield et Lars Ulrich découvrent le clip de “One”
Simon Wright quitte AC/DC

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK